Mon histoire et les raisons qui m’ont inspirée « Instinct Créatif »

/ / Présentation

Comment concilier

vie de famille – travail et créativité,

quand on n’a pas une minute à soi ? 

  • Comment faire lorsqu’on a plus de temps ou d’espace pour exprimer sa créativité ?
  • Comment être inspirée lorsqu’on est trop fatigué(e),
  • Comment commencer lorsqu’on ne sait pas quoi faire ou comment le faire ?
  • Comment créer lorsque notre corps ou notre mental nous fait mal et que ça ne fonctionne pas comme on le voudrait ?

Bonjour, et merci d’être là aujourd’hui avec moi !

Je suis Edwidge De Mota, fondatrice d’Instinct Créatif.

Aujourd’hui dans cet article, nous allons partager un instant de confidences.

Je vais te raconter un peu mon histoire et les raisons pour lesquelles j’ai créé Instinct Créatif,

La mission de ce site est de t’accompagner à réveiller ta créativité et à savourer les différents bienfaits que cela va t’amener dans ton quotidien : plaisir, satisfaction, bien-être, confiance en toi, du temps de qualité pour toi, un accès à ton être qu’aucune autre activité ne peut t’offrir, découvrir une nouvelle passion et peut-être une nouvelle vocation.

Et pour cela, tu n’as pas besoin d’être bon en dessin.


Nous sommes tous créatifs

et

notre potentiel est en nous depuis toujours.


Au fil des articles, je partage mon expérience, les différentes méthodes que j’ai développées tant dans les techniques que dans l’organisation du matériel ou du temps.

Je sais ce que c’est de ressentir ce désir de créer, mais d’avoir peu de temps pour soi, entre le travail, les enfants, la famille et même la maladie. Je vais te raconter mon parcours. Je veux te faire profiter de mes raccourcis.

D’ailleurs j’en appelle à ton indulgence, parce que ce n’est pas évident pour moi de parler devant mon ordinateur, ni même d’aborder ces sujets. Mais je suis tellement convaincue que cela peut aider, que je préfère mettre de côté un peu de pudeur au profit d’autrui…

Puisque chaque fois que je rencontre une nouvelle personne, on me pose cette question ; je vais tout de suite éclaircir un mystère : mon accent, ma façon de parler. Je suis née et j’ai grandi dans le sud de la France (Gémenos, Toulon et Nîmes) et en 2005, j’ai immigré au Québec. Alors j’ai acquis des intonations, et des expressions d’ici, mélangées à mon accent du sud français … C’est devenu un peu atypique.

Depuis petite, j’ai toujours été très créative, avec une facilité à l’émerveillement et une curiosité avide pour tout ce qui m’entoure. En grandissant, j’ai appris différentes techniques  (dessin, peinture, aquarelle, photo, déco,  etc.). J’ai également suivi des études aux beaux-arts.  Ma vie c’est des années de pratique, d’expérimentations, d’échecs et surtout des années de plaisir, d’amusement et de magie. L’Art est depuis toujours un espace privilégié pour mon être : l’endroit je me libère, ou je me réfugie ou je m’émerveille, où je médite. Où je concrétise dans la matière ce que je ressens, ce que je vis, ce que je veux. J’expose de temps en temps, je vends mes oeuvres et j’ai illustré 4 livres jeunesse, dont un pour lequel j’ai aussi écrit l’histoire. Mais ça n’a pas toujours été ainsi. 

Comme tu l’as compris, c’est une véritable passion et j’adore la partager ; cela fait presque 10 ans, maintenant que je donne des ateliers créatifs.

ateliers

  

En parallèle, je me suis découvert une autre passion : l’altruisme. J’ai dans mes bagages : 15 ans d’intervention, d’éducation et de relation d’aide. Je suis devenue entre-autre éducatrice spécialisée, j’ai travaillé auprès d’enfants et d’adultes vivants avec des déficiences intellectuelles, physiques et  différents troubles (autisme, santé mentale fragilisée).

À chaque fois que l’occasion s’est présentée, j’utilisais les outils artistiques pour accompagner ces personnes et j’ai vu des petits miracles se produire grâce aux bienfaits de l’art. Je ne décrirais pas plus mon cv, ce n’est pas ce que je veux vous partager, c’est juste pour te mettre un peu dans le contexte de ce que j’ai fait ces dernières années.

Et puis en 2010, à 30 ans, alors que mes 2 carrières battaient leur plein je suis passée d’une vie célibataire sans trop de responsabilités à belle-maman de 3 jeunes enfants. Et 2 ans plus tard, je suis devenue maman. Ah la vie de famille ! Tout cet amour qui crie, qui court, qui rigole, qui chatouille, des heures et des heures de joie et de bonheur … et des heures et des heures de disputes entre frères et soeurs, des heures et des heures de lessives et de ménage, des quantités industrielles de cuisine.

Je me suis donnais dans mon rôle maternel avec amour inconditionnel et grande dévotion.

Mais à la fin de la première année de mon fils, j’ai fait un terrible constat, j’étais épuisée, irritable à bout de souffle et je me sentais comme une droguée en manque … Mais en manque de quoi ? J’étais heureuse dans mon couple, dans notre famille et dans mon travail.

Et là ! Je me rappelle, d’un jour où mon fils faisait une de ses mini siestes, je me suis assise à mon bureau et mes yeux se sont posés sur une toile inachevée …. Cela faisait 10 mois qu’elle était là, que je n’avais rien touché, pas un crayon, ni un pinceau. Il était là mon manque : j’avais négligé l’artiste en moi, je m’étais oubliée.

Comment concilier vie de famille – travail et créativité quand on n’a pas une minute à soi ?

Tous ceux et celles qui ont eu des jeunes enfants comprennent que prendre une douche en paix devient un mythe, comme celui de pouvoir manger chaud. Alors, prendre du temps pour dessiner ou peindre tranquillement … Hum ! ? Méchant Défi.

Tout ce beau monde plein de vie, en pleine santé pour lequel je donnais tout mon temps et pas 1 minute pour moi, pour mon univers. Mon énergie créatrice me brulait de l’intérieur faute de pouvoir s’exprimer.

Avant, je passais mes soirées à dessiner, des fins de semaine complètes à peindre et maintenant les quelques minutes qui me restaient, j’étais trop fatiguée pour faire quoi que ce soit. Mon atelier avait été converti en chambre d’enfants et mon matériel entassé dans quelques tiroirs. Avoir tout à sortir et tout à rentrer était un obstacle au peu d’énergie et de temps que j’avais. Cependant, l’artiste en moi me criait qu’il fallait que ça change.

Alors j’ai commencé par observer notre routine familiale, pour me dégager du temps (15 min ? … je prends !). Donc à ce moment-là, tous les soirs avant de me coucher, je dessinais 10-15 min. Puis, je me suis mise aussi à dessiner assise à côté de mon amoureux qui lui regardait la TV. J’ai reconfiguré mon espace et mon matériel pour que ce soit facile à utiliser et rapide à ranger. Ce qui a nécessité de faire des choix temporaires. L’objectif n’était plus de faire le mieux que je pouvais que j’avais l’habitude de faire, mais de CRÉER, de laisser libre cours à cette énergie qui fait tant de bien lorsqu’elle est libérée. Pour nourrir QUOTIDIENNEMENT ma créativité.

Il faut que je te dise aussi, que mon corps a voulu lui aussi se faire entendre.

Et dans la même période de 4 ans, j’ai commencé à avoir de sérieux problèmes de santé:

  • paralysie temporaire de ma main droite avec d’intenses douleurs (je suis droitière …). Rapidement, je suis devenue enceinte et on a trouvé un fibrome qui se décuplait grâce aux hormones. Ce qui a rendu difficile la grossesse et a mis en péril la vie de mon fils et la mienne lors de l’accouchement et donc une récupération post-accouchement plus longue, plus douloureuse.
  • Un an plus tard, j’ai eu un accident de voiture, pendant 1 fraction de seconde je me suis vue mourir. Heureusement, je suis encore là, mais j’ai subi un trauma crânien et des entorses cervicales et dorsales, ce qui m’a laissé des symptômes importants, des mois de douleurs et migraines aiguës nuit et jour, des mois de réadaptation physique pour réapprendre à marcher, à courir. Et des mois pendant lesquels mon cerveau ne fonctionnait plus comme avant. Quelques mois après l’accident, le fameux fibrome s’est mis à grossir de façon exponentielle (suspicion d’un cancer =) pendant 2 mois) ce qui a engendré une opération majeure et de nombreuses douleurs aiguës, pendant de longs mois.
  • Pour finir, après tout ce stress accumulé, une dépression majeure en cadeau dans laquelle j’ai touché le fond! J’ai réussi à m’accrocher grâce à mon fils, à mon amoureux, mon entourage et aussi grâce à mon art.

Je te raconte tout ceci, non pas pour que tu t’apitoies sur mon sort, non merci  ! Je l’ai assez fait ! Et ça n’apporte rien de positif.

Chacune de ces expériences a été douloureuse. Je suis sortie de mon état de victime lorsque j’ai réalisé qu’en fait, je n’étais pas victime de la vie, mais qu’au contraire je suis choyée par mon étoile, parce que je vois à quel point elle a travaillé fort pour me garder en vie durant chacune de ces épreuves. Si je suis encore en vie après tout ça, c’est que je dois en faire quelque chose, quelque chose qui me fasse vibrer, quelque chose qui honore ce miracle qui est en chacun de nous.

Durant toute cette période, ma vie semblait avoir perdu son sens. Il y a bien des fois où j’en pleurais tellement que j’avais trop de douleur, que j’étais épuisée ou que je n’avais pas le temps.

Ma créativité glissait sur ces montagnes russes. À chaque fois, que j’étais dans les « zones basses », je ressentais en moi  une urgence vitale de recommencer à créer, dès que je le pouvais. C’était mon instinct créatif.

À chacun de ces moments difficiles la créativité était là, m’a fait du bien, m’a supportée, c’était mon refuge, une source de bien-être.

Parfois « confrontante », lorsque je ne pouvais plus faire les choses comme avant. Et figure-toi, que c’est dans ces moments que ma créativité a pris son envol, en contournant les handicaps présents, j’ai découverts des façons de faire et de percevoir totalement différentes, que je n’aurai jamais soupçonnais.

Lorsqu’on est en création, nous entrons dans une bulle, dans un espace temps où ce qui nous entoure s’arrête. La créativité et l’art ont créé dans mon quotidien un espace où les douleurs ont été anesthésiées pour un temps. Ces pauses m’ont permis de continuer de poursuivre mes journées, mes réadaptations et de nourrir mon estime, de sentir du plaisir dans un quotidien de souffrance. J’ai trouvé des solutions pour que créer soit facile et accessible pour y trouver du bonheur, du plaisir, un bien-être et de l’émerveillement quoiqu’il arrive.

Je suis une preuve vivante que la créativité est un outil puissant.

Voilà mon histoire.

Alors il y a des témoins de mon parcours, mes amis, mes collègues, des participants aux ateliers et même certains de mes patients et tous avaient la même question : « Mais comment tu fais ? » J’ai compris au fil de nos discussions que je n’étais pas la seule à vouloir concilier famille-travail (parfois maladie) et vie créative. Et tous ont été surpris et inspirés par mes solutions.

Et c’est comme ça qu’est né Instinct Créatif dans le désir de faire profiter tous les bienfaits que j’ai découverts, les solutions que j’ai mises en place et que je continue d’apprendre et de développer.

Je veux t’accompagner à réveiller ton instinct créatif et à savourer les différents bienfaits qu’il va t’amener dans ton quotidien : plaisir, satisfaction, bien-être, confiance en soi, du temps de qualité pour toi, un accès à ton être qu’aucune autre activité ne peut t’offrir.

Sur ce site tu y trouveras des techniques, des stratégies simples et efficaces pour exprimer ta créativité à ta façon et aussi des sujets de réflexion sur le processus créatif.

Alors pour m’aider à bien cibler tes besoins, dis-moi, j’ai pour toi 3 questions :

1.À quel niveau exprimes-tu ton élan créatif ?

  • Est-ce que tu n’as jamais osé l’exprimer ;
  • est-ce que tu l’as laissé sortir il y a  +/- longtemps puis tu as abandonné à cause de la vie (travail, famille, la maladie, etc)
  • ou bien tu l’as développé et tu veux découvrir, continuer d’être inspiré(e)… ?

2.Quels sont les obstacles que tu rencontres et qui t’empêchent d’exprimer ta créativité ?

3.Qu’aimerais-tu apprendre, avoir, savoir pour épanouir ton instinct créatif ?

Inscris tes réponses en-bas dans la boîte de commentaires.

Tu peux aussi m’écrire sur mon courriel. L’adresse est en-bas de chaque page et dans l’onglet « contact » du blogue.

J’espère que cet article t’as inspiré(e) à trouver des solutions si le temps ou la maladie sont des obstacles pour toi.

Si tu penses à des personnes de ton entourage que cet article peut aider et bien partage-leur ta découverte et mon expérience.

Un grand merci pour ton écoute, au plaisir de faire ta connaissance.

Avec tout mon amour et ma gratitude.

Edwidge

6 Commentaires to “Mon histoire et les raisons qui m’ont inspirée « Instinct Créatif »”

  1. Caroline a écrit :Répondre

    Bravo Edwidge!
    Tu es une si belle personne!

    1. Edwidge a écrit :Répondre

      Merci Caroline ! Je suis très touchée … Je crois que d’une certaine façon nos âmes se comprennent bien … XXX Au plaisir

  2. Josée a écrit :Répondre

    Bravo Edwige! Je te découvre et je te trouve fantastique! Je reconnais une partie de mon histoire dans la tienne! Je te te trouve extraordinaire et inspirante! Merci de ta générosité à partager plein de chose! Gratitude pour ton beau travail!

    1. Edwidge a écrit :Répondre

      Merci Josée ! Je suis contente que mes partages t’inspirent. On ne choisit pas toujours ce que la vie nous amène mais je crois qu’on choisit la façon dont on le traverse et le transcende. Chaque expérience a une pépite cachée .. C’est à nous de la découvrir. Je souhaite que tu ais trouvé les tiennes. Au plaisir. Avec Amour et gratitude !

  3. Terrien renaud a écrit :Répondre

    Salut, felicitations… bravo bon courage.😉😉😉

    1. Edwidge a écrit :Répondre

      Merci !!!! 😉 Très belle surprise 😉 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2016-2017, Edwidge De Mota, Tous droits réservés
HAUT