3 Clés pour débloquer sa créativité

/ / apprivoiser sa créativité, Inspiration

Aujourd’hui je vais te partager Mes 3 clés magiques pour débloquer ta créativité. Cet article / vidéo s’adresse à tous ceux qui n’ont pas confiance en leur potentiel créatif et particulièrement à tous ceux et celles qui sentent l’envie de créer, mais qui n’ont jamais osé ou qui ont arrêté.

J’entends souvent «  j’aimais dessiner, mais après j’ai arrêté » ou bien  je n’ai jamais été bon(ne) en peinture, mais j’ai toujours aimé ça » ou bien encore « j’ai déjà essayé, mais je ne sais pas quoi faire » ou « Je n’ai jamais osé ». Peut-être que tu te reconnais dans une de ces phrases…

Je te comprends, je suis passée par là à plusieurs reprises, j’ai arrêté, recommencé, parfois abandonné puis re-recommencé … et 

J’ai mené ma petite enquête et basé sur ces résultats et ma propre expérience je livre dans l’article / vidéo d’aujourd’hui 3 clés pour débloquer la créativité, pour apporter à nouveau regard libre et léger ! 

Mais allez sans plus tarder, aujourd’hui :

Brisons le mythe de l’artiste prodigieux

&

dévoilons  3 clés magiques de la créativité

 

 

Depuis que je suis petite, comme beaucoup d’enfants j’adorais dessiner, j’avais toujours avec moi un petit cahier et quelques crayons. En grandissant, j’ai essayé différentes techniques  (dessin, peinture, aquarelle, photo, déco,  etc. et un mélange de tout). Est-ce que j’étais plus douée qu’un autre ? Je ne crois pas, par contre j’adorais ça.

Mais, au fil des années, j’ai rencontré de nombreuses personnes, qui valorisaient beaucoup trop le mythe de l’artiste prodigieux dans lequel je ne me suis jamais retrouvée. Et à cause des discours « saboteurs », j’ai arrêté de créer pendant plusieurs années et à plusieurs reprises.

Alors, il faut bien reconnaître que la richesse de l’histoire de l’art est sublime, la qualité de nombreux chefs d’oeuvres est époustouflante. Mais voici, ma petite analyse personnelle, je crois que ce mythe de l’artiste prodigieux, nous intimide trop. La mentalité élitiste du milieu artistique « bien pensant » écrase la moindre étincelle de créativité qui pourrait vouloir briller chez monsieur, madame « tout le monde ».

Soyons clairs, je n’ai pas le génie de Da Vinci, ni l’audace de Picasso. Mais est-ce si grave ?

Par contre, j’ai un instinct créatif très fort et il est revenu à chaque fois si fort et si puissant, qu’à un moment donné, je me suis dis que les gens peuvent bien penser ce qu’ils veulent de mes réalisations, mais personne, n’a le droit de décider si j’ai le droit ou pas d’être créative, et si j’ai le droit ou pas de me sentir bien en utilisant ma créativité. Et je crois que tout le monde en est capable. Chaque personne qui ressent cette envie devrait s’autoriser à s’exprimer et à s’amuser en essayant et peu importe le regard des autres.

 1er clé 

Se donner la permission d’être un débutant et s’en amuser

La moindre tentative est rarement comparée à sa juste valeur : celle du débutant ! En art, on compare tout de suite aux grands chefs-d’oeuvre. Quelle est cette logique ?

Dans tous les autres domaines de la vie, il y a au moins 3 ou 4 niveaux : débutant – intermédiaire – expert – maître. Mais il semblerait que dans l’art on doit toujours commencer au moins par le niveau intermédiaire … sinon, on n’est pas doué et ça ne sert à rien, on est ridicule !

J’ai envie de comparer la pratique de la créativité artistique à n’importe quel autre apprentissage de base : apprendre à marcher, à parler, faire du vélo, etc.

Avant de marcher et de courir, il a bien fallu ramper, et puis marcher à quatre pattes et enfin se lancer et tomber, se faire mal, recommencer et retomber et se relever …

Un autre exemple, beaucoup de personnes s’entraînent dans un sport, mais tous ne veulent pas forcément être des athlètes olympiques, des marathoniens, ou des yogis. On fait du sport parce que cela nous fait du bien.

Et tous ceux qui commencent dans une discipline sportive se reconnaissent le droit d’être débutant, le droit d’échouer, le droit de recommencer. Oui, certaines personnes ont plus de facilités, certaines sont « douées »de façon innée, mais tous doivent s’entraîner régulièrement.

Alors je pose encore cette question : pourquoi avons-nous cette croyance que l’on doit naître artiste doué pour pouvoir créer ?

 2ème Clé 

Développer l’audace d’affronter nos peurs, nos complexes.

Un autre obstacle à la  concrétisation de notre créativité, c’est la peur de l’inconnu  !

Que va-t-on réaliser ? Que va-t-on faire ? Que va-t-on voir ? Quel en sera le résultat ? Quelle sera la valeur de l’ouvrage ? Et donc quelle sera notre valeur ? C’est effrayant ! C’est paralysant ! Qui veut se mettre en péril de la sorte ? Quel égo digne de ce nom sauterait dans la jungle du ridicule ? « Non ! Non ! Je ne bouge pas d’ici, je reste ici en sécurité… Au moins, je connais ! »

J’entends souvent les gens s’excuser en disant «  Ah non ! pas à mon âge, je suis trop vieille- vieux … » et je leur réponds «  Ah bon ? Mais tu as quel âge ? » ils me disent leur âge et je leur réponds « mais que tu concrétises ta passion ou non  dans 2 ans, dans 5 ans tu auras quand même 40, 50 ou 60 ans ! Que tu le fasses ou pas, le temps passe quand même. Le pire qui pourrait arriver c’est que tu meures d’ici là … et tu mourras sans avoir concrétisé ta passion ? »

Ça porte à réfléchir non ?

Si tu ne le fais pas  aujourd’hui, ce mois-ci, cette année, tu te priveras d’un bien-être sans mesure. Parce que lorsque nous avons l’audace de créer, nous entrons dans un monde parallèle, dans une bulle où le temps s’arrête. Il n’y a rien d’ésotérique dans cette expérience. C’est seulement un autre état de conscience qui facilement accessible. La Conscience de notre être est transformée, nous sommes à 100% dans ce que nous faisons, dans l’expression de notre créativité, de notre être intérieur. Le fameux « instant présent » nous le vivons lorsque nous créons.  Même les douleurs  peuvent disparaître. Croies-en mon expérience si tu veux plus de détails à ce sujet, tu peux lire mon histoire 

 3ème Clé  

 Apprivoiser et chérir notre créativité

Pour laisser ta créativité émerveiller ta vie, il faut :

  • D’abord, l’écouter, la respecter, la prendre au sérieux.
  • Lui donner de l’amour, la nourrir, en prendre soin comme d’un nourrisson,
  • agir en douceur et RÉGULIEREMENT
  • avoir du plaisir, jouer, essayer, expérimenter, recommencer et protéger !
  • La protéger, TE protéger, préserver ton instinct créatif des premiers jugements corrosifs, incluant les tiens.
  • L’enfant artiste en toi qui n’a pas été encouragé est resté enfermé, s’est créé un blocage créatif, un barrage artistique. Pour libérer le créateur de sa prison, il faut y aller doucement, lentement.
  • Accepter d’agir imparfaitement, laisser la perfection pour les autres.
  • Les erreurs sont nécessaires et à tous les stades … On apprend tellement lorsqu’on échoue !

Mais on ne fera pas faire un saut en hauteur à un enfant de 1 an ! Donc lors de ta première tentative, lors de ta première création tu peux commencer petit. Il n’est pas nécessaire de s’attaquer à une grande toile blanche.

Il faut dès le début savoir que les premières tentatives risquent d’être maladroites, complètement imparfaites … et c’est NORMAL ! Maintenant que c’est dit, autorise-toi à agir imparfaitement, revendique-toi le droit de débuter et de recommencer … fais-le et amuse-toi !  .. un pas à la fois !

Cette réflexion est issue de mes nombreuses années de pratique, d’entraînement, d’échecs, d’abandon et surtout des années de plaisir, d’amusement et de magie. L’Art est depuis toujours un espace privilégié pour mon être : l’endroit je me libère, ou je me réfugie ou je m’émerveille, où je médite. Et je suis convaincue que si tu sens au fond de toi cet appel, c’est que toi aussi tu es prêt(e) à laisser ton instinct créatif se révéler.

Rappel des 3 clés : 

1- Se donner la permission d’être un débutant et s’en amuser

2- Développer l’audace d’affronter nos peurs, nos complexes

3- Apprivoiser et chérir notre créativité

J’espère que cette conversation aura créer certains déclics chez toi. Si tu as des questions, des commentaires, j’aurai un grand plaisir à les lire et à y répondre.

Au plaisir 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2016-2017, Edwidge De Mota, Tous droits réservés
HAUT